• NE M’EN VEUILLEZ POINT MESDAMES …





    Qu’est-ce que je fais quand j’ai envie de déconner

    Des tas, et encore des tas, d’imbécillités

    A vrai dire, j’aime bien de braconner

    Je vais vous présenter mes débilités


    Au supermarché, voilà ce que je fais

    Je prends pour les cheveux, des paquets de colorants

    Et puis adroitement je les défais

    Ensuite, je les mélange en faisant l’ignorant


    Je mets le blond dans le noir

    Mais aussi le roux dans le mauve

    J’imagine les dames dans un beau manoir

    Tellement je m’éclate, j’ai le teint guimauve


    Les jours suivants au supermarché

    Je m’en retourne voir l’aboutissement

    Toutes les dames fâchées, dorénavant nous irons au marché

    J’vous dis par pour moi, quel fou ravissement …





  • REVIENS …





    Désir, souhait, envie …baver de te voir revenir

    Venez nombreux sur le lien ci-après l’encourager en ce sens …

    http://reviens.skynetblogs.be/

    MERCI !


  • MERCI A LA REINE DES ELFES …





    Aujourd’hui, tu t’en vas vers d’autres occupations

    C’est bien là, la vie et son cheminement

    Du nom de la reine des Elfes, nul ne fera usurpation

    Car de tous tes écrits, pour la postérité, nous ferons entérinement


    Nous perdons assurément l’infini bonheur au futur de te lire

    Mais nous gardons de tes merveilleux poèmes, la saveur de la plus douce des friandises

    Et tant que ton univers restera ouvert, nous en profiterons pour à chaque occasion te relire

    Tous tes beaux textes feront partie de nos plus fines gourmandises


    Merci pour tout ce que tu nous a fait partager

    N’oublie pas de venir de temps à autre nous saluer

    Sans nous coter pour ne point nous départager

    Mais en commentant pour individuellement nous évaluer …


    BONHEUR A TOI CHERE ELFE

  • TERRE NOUVELLE …





    Eau calme matinale

    Barque glisse sur le détroit

    Immensité originale

    Fabuleux endroit


    Fraîche aurore bleuâtre

    Au soleil radieux

    Nul recoin saumâtre

    Oiseaux mélodieux


    Création nouvelle

    Pour toute existence

    Sur terre éternelle

    A la bonne semence


    Onde purificatrice

    Anéantit toute maladie

    Nymphe évocatrice

    Méchanceté irradie …

  • REFLEXION AMENE A LA RAISON …





    Des mots, rien que des mots,

    Des écrits, rien que des écrits,

    Des mots de grands, des mots de marmots,

    Des écrits irréfléchis, des écrits mal décrits,


    Ce qui est dit ou bien écrit,

    Doit être mûrement réfléchi,

    En bonne conscience redit ou bien récrit,

    Quelquefois un rien infléchi,


    Des plaisanteries qui font sourire,

    Les mêmes qui sèment le doute,

    On ne veut point séduire,

    Et inconsciemment on propage la déroute,


    Chaque geste de la vie doit être posé,

    Bravement et obligeamment apprêté,

    Eviter l’empressement, ne point se sentir ankylosé,

    D’avoir sans le vouloir où il ne fallait point, tempêté …

  • DOUTE, DEROUTE …





    Voyez-vous cet astre

    Et puis toutes ces mares

    Un mot suffit à semer désastre

    Une blessure tant d’esquarres


    Moi ce que je veux

    Bonheur pour tout un chacun

    Ne briser les moindres cheveux

    Au grand jamais n’être importun


    Pour ne point blesser

    Les sensibilités

    Plutôt m’agresser

    Contre mes débilités …

  • TIENS V’LA L’PRINTEMPS …





    Aujourd’hui revoilà le printemps

    Ciel bleu, oiseaux chantant

    Enfin on va prendre du bon temps

    Tiens une terrasse comme c’est tentant


    Chérie je t’en prie prends donc place

    Que désires-tu boire avec moi

    Ben je voudrais bien déguster ma première glace

    Je la savourerais avec un tel émoi


    Les premiers beaux jours

    Me rendent tellement toute chose

    Attendras-tu bien ce soir sous l’abat-jour

    J’espère que tu n’en feras pas une psychose


    Alors là je sais pas ! si on allait dans le petit bois

    Celui de nos fiançailles, tu te rappelles autrefois

    Si je me souviens ! tu me mettais toujours aux abois

    Mais, mais …je sens que la sève monte encore une fois…


    ???? !!!! ???? !!!! Oh ! Ah ! Hi ! Aie ! Hum ! etc.

  • LA CHAÎNE MUSICALE …





    Une amie des blogs vient de me choisir avec deux autres personnes afin d’être le relais d’une chaîne musicale. Comme j’aime être participatif, je n’hésite pas un instant et je fonce. C’est un réel plaisir pour moi de participer.
    Combien y-a-t-il de fichiers musicaux stockés sur votre ordinateur ?
    Comme j’aime toutes les sortes de musiques, j’ose ? Il y en a 1073 (ça m’a fait ch… de les compter) mais maintenant je sais …
    Quel est le dernier CD que vous avez acheté ?

    Il s’agit du dernier album de MICHEL SARDOU – DU PLAISIR
    Dernière chanson écoutée avant de lire ce message ?
    Elvis Costello - She
    Donnez 5 chansons que vous écoutez souvent ou qui comptent beaucoup pour vous :

    Charles Aznavour – Paris au mois d’août
    Michel Delpech – Quand j’étais chanteur
    Christophe - Aline
    Johnny Hallyday – L’idole des jeunes
    Michel Sardou – Le France

    A qui allez-vous passer le relais (3 personnes) et pourquoi ?

    http://fredrick79.skynetblogs.be/ : parce que j’apprécie énormément sa gentillesse, son intelligence et sa simplicité naturelle
    http://hollynx.skynetblogs.be/ : j’adore ce qu’elle fait sur Hollynx et sur Regard et en plus elle aime venir en aide sans rien demander en retour

    http://elfarranne.skynetblogs.be/ : parce qu’elle m’a fait apprécier la poésie, que je la considère comme ma marraine en ce domaine et que c’est une amie véritable …

  • LE COULOIR VAPOREUX …





    Sensation inconnue

    Me détache de la terre

    Lumière méconnue

    Qui nullement ne m’atterre


    Aromes liquoreux

    De lieux inexplorés

    Longs couloirs vaporeux

    Gracieusement colorés


    La douleur m’a quitté

    C’est une renaissance

    Me voilà acquitté

    Quelle belle délivrance


    Je n’ai plus un radis

    Pourtant je suis aux anges

    Mais c’est le paradis

    Que de chants de mésanges …

  • SUPPLICATION …





    Moi l’athée depuis l’adolescence

    J’ai envie de hurler à la Madone

    Céans plus rien n’est quintessence

    Ne vois tu pas que la terre déconne


    Enfile donc ta plus pure robe blanche

    Et viens donc voir pour qui ton fils est mort

    Descend de là-haut en avalanche

    Tu auras encore bien plus de remords


    De voir que son sang il l’a donné pour rien

    Pour cette terre où il n’y a plus que pharisiens

    Car dans chaque homme serpente un vaurien

    Même dans le plus titi des parisiens


    Pourquoi en Dieu je ne crois pas

    Et qu’à sa mère je fais appel

    Dis moi comment c’est après le trépas

    Quand on a franchi le grand tunnel


    Est-on plus près du soleil

    Les hommes sont-ils tous amis

    Leur sang a-il un ton vermeil

    Où se comportent-ils en tsunamis


    En attendant réapparaît immaculée

    Fais toi voir dans cette immense forêt

    De toutes sortes de têtes désarticulées

    Sape tout mal de ton couperet …

  • NEANT- VIE - NEANT …





    Du néant jaillit la poussière

    Je respirais pour la première fois

    Devant les yeux ébahis de ma mère

    Mais où donc étais-je autrefois


    Même poussière je ne fus pas

    A nul je ne pompais donc l’air

    J’étais à des milliards de pas

    D’avoir ou de n’avoir pas l’air


    Personne ne s’inquiétait pour moi

    Et quand je quitterai cette terre

    Chez qui créerais-je l’émoi

    J’ai bien peur que cela ne m’atterre


    Et je préfère ne pas savoir

    Car quand je ne serai plus que poussière

    J’aurai tant de mal à voir

    Les cœurs conservant tantinet de lumière


    De mon être qui les intéressa

    Lorsque je fus bonté à leur égard

    Ou bien qui les terrassa

    Quand je lançais sombre regard


    Et quand je ne serai même plus résidu

    Noyé, brûlé par les ravages du temps

    Ce seront quantité d’autres individus

    Qui vivront plaisirs et contretemps ...


    Je ne fus pas

    Je suis venu

    Puis reconnu

    Jusqu’au trépas …





  • DECHIREMENTS A DECHIRER …





    Adultes ou encore des enfants

    Beaucoup trop de déchirements

    Blogs territoires pour éléphants

    Aux plus vils des dénigrements


    A croire que l’on aime voir couler le sang

    Se dire les mots les plus cruels

    Faudra qu’un jour une âme pur-sang

    Vienne redresser le virtuel


    Faut pas faire de généralité

    Il y en a aux pieds toujours bien posés

    Ceux qui apprécient la stabilité

    Aux jolis contes déposés


    A bien y réfléchir

    De quel bel outil nous disposons

    Pour que chacun l’on puisse mûrir

    En abattant toutes les cloisons …





  • SIMPLE CLIN D’OEIL …





    C’était chouette de regarder comme à l’école

    Les plus belles de tes images

    Mais pourquoi donc tu décolles

    Est-ce qu’il y en a qui n’ont pas été sages


  • BIENVENUE …





    Loin de chez nous tu es partie

    Puisse ton retour être merveilleux

    Nous raconteras-tu mille réparties

    Vécues en des endroits mielleux ???


  • ASTRE ET LUXURE …









    Astre de splendeur, de béatitude, d’extase

    Où tout s’évanouit dans mélodieux murmure

    Aux lagunes limpides d’un bleu céruléen

    J’en appelle à l’amour, en l’ivresse des sens


    Et balbutiant à ma belle en perdant toute emphase

    Mon désir de tendresse sans fioriture

    Elle m'entraîne discrètement sur parcours dédaléen

    Dans l’offrande de son corps aux effluves d’encens


    Et déploie tous mes membres telles nageoires un pégase

    Pour l’aimer au plus fort dans infinie luxure

    En l’emportant aux cimes tel un décathlonien

    Où aucun serpent ne pourra nous tendre quelconque guet-apens …







  • SOURIRE A LA VIE …





    Exquise demoiselle, regard plaisant

    Visage inlassablement magique

    Au sourire agréablement apaisant

    Irisé telle la faune pélagique


    Illustre ton absolue sagesse

    Qui chez toi est innée

    Et de ton cœur l’infinie allégresse

    Œuvre de ta destinée


    Autour de toi tu crées le ravissement

    Tu mets tout en musique

    D'aventure il n’est de crissement

    Ce que tu touches devient mirifique


    Chez ceux qui sont moroses

    Tu éponges les pleurs

    Puis fais naître mille roses

    Ces merveilleuses fleurs


    Qui s'éveillent à l’aurore

    Et se dorent au soleil

    Pour mieux encore éclore

    Et rendre les cœurs vermeils …




  • NAISSANCE …





    Encore sous les embruns de la souffrance

    De l’enfant qu’elle vient de faire naître

    Attendu avec incommensurable espérance

    Elle peut divinement se repaître


    De cette faim de louve qui la poursuivait

    D’enfin tenir cette fraîche vie entre ses mains

    D’admirer ce visage qu’elle se décrivait

    Puis de découvrir de nouveaux lendemains


    Qui jamais plus ne seront pareils

    Chair de sa chair elle embrassera

    Veillera sur tous ses sommeils

    Moindre petit mal la tracassera


    Fière elle conduira ses premières foulées

    Durant toute sa croissance elle lui apprendra

    A traverser toutes les giboulées

    Que dans sa vie il rencontrera …


  • PETIT MATIN MERVEILLE …





    Enrichie de merveilles

    La nature qui s’éveille

    Déploie mille corbeilles

    Le matin l’ensoleille


    Les fleurs sèchent leurs perles

    Nées en cette nuit d’été

    Percevant chant des merles

    Ecureuil hébété


    L’eau fraîche de la cascade

    Déferle en ruisselant

    Sous rituelles saccades

    La glaise modelant


    Tendre verdure sustente

    Bétail des pâturages

    Dans inouïe détente

    De ses meilleurs fourrages


    Paisiblement se consume le temps

    En ces lieux si charmants

    Il n’attendra longtemps

    Des regards désarmants


    De bambins et parents

    Se voulant déférents

    Et de maints amoureux

    Aux esprits vaporeux …