• AMNESIE …





    Paupières prosternées

    Salive saumâtre

    Pensées consternées

    L’âme bien noirâtre


    Plus toute sa raison

    Frêle silhouette

    Depuis maintes saisons

    Quand la vie pas chouette


    Lui a fait l’affront

    De reprendre son fiston

    Très loin sur le front

    Au son du piston


    Tapie derrière son rideau

    Elle est toujours en guerre

    Soixante ans de fardeau

    Il n’y a pas de naguère …


  • LE BEL AUTOMNE …





    Quelques notes de musique

    S’échappant d’une basilique

    Rejoignent spectacle mirifique

    D’un automne féerique


    Cadre pacifique

    Quiétude angélique

    Notion bucolique

    Séjour tonique


    Pour âme nostalgique

    D’un pays nordique

    Naviguant onirique

    En contrée mythique


    Plan d’eau érotique

    Est-ce bien éthique

    En ce lieu scénique

    A foison pudique …


  • QUELQUES POUSSIERES DE LUNE …





    Quelques poussières de lune

    Se posent sur la dune

    Où je suis allongé

    Après avoir plongé


    Dans un océan de mots

    Pour qui je suis dévot

    Je vous confie l’adresse

    J’y retourne, je m’empresse


    Allez voir comme c’est beau

    C’est plus grand que Verlaine

    Et même qu’un beau « Pré vert »

    Lisez tout en douceur

    Ouïssez la musique

    Laissez vos commentaires

    Vraiment elle le mérite …


    http:/lunerousse.skynetblogs.be


  • POUR TOI, POUR TOI …





    Pour toi, pour toi …

    Je n’irais pas au bout du monde.

    Non plus, je ne décrocherais la lune.

    Ne gravirais nulle montagne.

    Rien de spécial je ne ferais.

    Pour toi, pour toi …

    Simplement, partout …je t’accompagnerais.

    Je veillerais sur toi, sur le moindre de tes pas.

    Je ne serais envahissant, mais naturellement aimant.

    Te révélerais mes mots, mes mots d’amour …pour toi.

    Tes moindres désirs je comblerais.

    Je te ferais l’amour …plus fort que l’amour.

    J’y mettrais la tendresse, celle qui n’est que caresses.

    Car toi, car toi …

    Oh Bon Dieu que je t’aime.

    Tu es ma joie de vivre, mon optimisme à la dérive.

    Dérive d’un seul amour, auréolant mes jours.

    En moi, en moi …

    Depuis que tu es là.

    Plus jamais rien ne saigne.

    Tu éblouis ma vie et ma vie est à toi.

    A toi, à toi …

    Je n’appartiens qu’à toi.

    Et je te dis merci, d’être toi, d’être moi, d’être nous à la fois.

    Jusqu’à la fin des temps, de toi à moi, nous ne ferons qu’un.

    Qu’un couple uni, de simplicité et de transparence.

    Transparence d’amour, miroir de nos émois ….

    Je t’aime, je t’aime toi.


  • UN PEU DE MOI …





    Me dévoiler à vous, il faut que je vous dise…
    Pour me mettre à écrire, je plante le décor .
    Je décrois les persiennes, m’installe à mon pupitre ,
    me laisse bercer par une douce mélodie et me prends à rêver .
    D’un amour impossible puisqu’il n’existe point.
    D’irréalité, je me crée une vérité virtuelle .
    Théâtre de verdure où m’apparaît la belle,
    cheveux flottant au vent, yeux pers me foudroyant.
    Femme oh combien gracieuse, venue d’un autre monde,
    me narrer mots d’amour, inconnus ici bas.
    Eden de pureté, je me sens envoûté, soudain reviens à moi.
    Puis mes doigts se délient, quand ma matière grise,
    lentement, me dicte les mots que je veux vous dire.
    Voilà comment j’écris… en toute liberté, il y a-t-il lucidité ?
    Mais sachez une chose, je respecte la vie.
    La votre m’est si chère.
    De cela je suis fier.
    Je suis un utopiste, voulant un monde meilleur.
    Si vous connaissez la piste, faites m’en part, merci nous
    serons au moins deux …

    Jean-Pierre

  • PREMIERE AMOURETTE …





    Première amourette

    J’avais l’âme pâquerette

    J’ai oublié son nom

    Puis même son prénom


    Marchant main dans la main

    On évoquait demain

    Les fleurs de notre jardin

    Et déjà nos bambins


    Nous étions innocence

    Tout empreints de décence

    C’était si beau l’enfance

    Sans la moindre échéance


    Mais oui je me souviens

    Voilà que ça m’reviens

    Elle s’appelait Chantal

    Que j’en perds mon mental


    Les années ont passé

    Je me sens dépassé

    Pourtant c’était hier

    Que nous fûmes tant fiers


    De nous savoir promis

    Sans nul compromis

    …Et vous mes bons amis

    Passez votre mémoire au tamis


    Racontez-moi bien vite

    Et pas à la va-vite

    Premier béguin d’naguère

    Même si c’est pas d’bonne guerre …


  • A MAJO …





    J’imagine tes pas sur la plage

    Sable et mer quel couplage

    Je voudrais être coquillage

    Guider ton aiguillage

    Pour que tu viennes à moi

    Sentir battre mon émoi

    J’ouvrirais ma coquille

    Presque couleur jonquille

    T’inviterais à entrer

    Pour mieux nous concentrer

    Sur nos goûts simultanés

    Nullement momentanés

    Tu me parlerais poèmes

    J’aurais le cœur bohème

    Me dirais tes lectures

    Quelle belle conjecture

    Je pense à toi ma mie

    Si t’aimes mieux mon amie

    Mais voilà que souffle la bise

    Ben je te fais la bise

    Sans que je ne m’économise

    Pour toi ma complice promise

    Et le temps passera

    Rien nous ne lassera …


  • HAREM …





    Toi musulmane

    Toi l’ottomane

    Yeux de corail

    Larmes du sérail …


  • POUR TOI …





    Je t’imagine à foison avenante

    Ton ombre souriante attenante

    A la démarche certes gracieuse

    D’une nature aisément radieuse


    Jusqu’à présent tu m’es virtuelle

    Mais dans tes écrits si spirituelle

    Je souhaiterais simplement te connaître

    Pour de ta sympathie me repaître


    Et puis face à face enfin dialoguer

    Plutôt que comme d’accoutumée nous loguer

    Finalement sceller notre véritable estime

    Ne penses-tu pas que ce soit légitime …