• QUI SUIS-JE, OU VAIS-JE …





    Né noir de peau

    Dans une dictature

    Vraiment pas de pot

    Au quotidien… la filature


    Vie pas très chique

    Emigration

    Vers la Belgique

    Libération


    Des braves gens

    Pour m’accueillir

    Et des agents

    Pour me cueillir


    Puis des racistes

    Au regard sombre

    Vraiment pas tristes

    Veulent que je sombre


    Un peu bizarres

    Partent en vacances

    Drôle de bazar

    Sud de la France


    Se faire bronzer

    Pour plus que moi

    Etre bien hâlés

    Créer l’émoi


    Auprès de leurs connaissances

    Qui n’ont pas d’bol

    Car pas d’aisance

    Pour se faire dorer les guiboles


    J’comprends plus rien

    Suis-je sur la terre

    Un galérien

    Simple ver de terre ???


  • Banalisation de l’extrême droite ! …





    Contrairement à mes habitudes, pour une fois, je ne m’exprimerai pas sous forme de poème. Suite aux meurtres racistes d’Anvers, je souhaite exprimer ici mon ressenti. Le jeune criminel est pour moi un cas isolé, complètement en état de folie meurtrière. Nos politiciens en place depuis des lustres et des lustres sont selon moi, dans l’incapacité totale d’apporter des solutions aux problèmes récurrents. Et ce, pour maintes raisons. Ils doivent faire face au pouvoir du fric qui leur impose sa volonté, par le biais de multinationales, de la mondialisation, de holdings, etc. On pourrait en ajouter à la pelle ! De plus en plus, ils ne s’intéressent qu’à la protection de leur pouvoir qui leur est dû ! Il s’avère trop simpliste de banaliser les partis racistes, xénophobes et autres de même tendance lorsqu’un évènement dramatique se produit. Eux, qui ne proposent des solutions électoralistes éclatantes qu’en de telles circonstances, ont eu depuis qu’ils détiennent le pouvoir, à de multiples reprises, l’occasion de s’illustrer ! Mais …ils ne l’ont pas fait. Bien au contraire, de vaines promesses, telles que la création de 200.000 emplois, etc. Le chômage augmente de façon continue, le pouvoir d’achat régresse sans cesse. L’économie des moyens et petits revenus est limitée à un taux d’intérêt bassement démesuré qui sert encore en partie à payer les frais bancaires. Le salaire des actifs des classes moyennes n’a plus été revu à la hausse depuis de nombreuses années. Dans la majorité des entreprises, la démotivation va constante. Plus de travail, objectifs à atteindre complémentairement sont définis lors d’entretiens d’évaluation, restriction dans le domaines des primes, etc. sont les mots clés, les consignes du patronat, privé ou autre. Nonobstant tout cela, des pourris s’en mettent plein les poches sur le dos des moins nantis et sombrent dans des affaires résolument louches qui mériteraient des emprisonnements de longue durée ! Des dirigeants ultra matérialistes, buveurs, malhonnêtes osent aussi faire la morale au peuple. Sic José Happart, pour ne pas le citer. Je le dis ouvertement ici ! Si l’extrême droite n’avait de tendances racistes, je lui donnerais ma voix dans l’espoir qu’elle puisse faire ses preuves. Seul ce phénomène m’y oppose catégoriquement !!! Dès lors, à qui peut-on encore faire confiance ? Les verts ??? De suite au pouvoir il y a peu encore, ils nous ont assommés avec leurs écotaxes ! Grave erreur qui les a rejetés dans l’opposition … Alors ? demain … pour qui voter ? Il n’y a plus qu’un désert de politiciens incapables et inertes de bon sens ! Des représentants du peuple, ça !!! Non… merci ! Pour ce, demain, je m’abstiendrai… par dépit, mais aussi par dégoût !!!Que viennent des hommes nouveaux avec de réelles valeurs, prêts au partage et ambitieux du bien-être de la population … Et que tous les gens du peuple soient enfin écoutés et estimés à leur juste valeur …Un nouveau monde… tout simplement. Je m’arrête ici, car je ne veux pénétrer dans toute forme de virulence inutile et inopportune !Jean-Pierre

  • C’était hier, il y a si longtemps …

    Une exquise mélodie

    M’abreuve de romantisme

    Relent de nostalgie

    M’évoque un long mutisme


    Époque d’adolescence

    Initial amour fou

    Jusqu’à totale absence

    Mortel coup de grisou


    Mon cœur tout noir de deuil

    Faute à cette mère cruelle

    Epiait sur le seuil

    Languissant qu’elle revienne elle


    Elle prise dans le traquenard

    Puisque petite fille riche

    Moi fêlé au plumard

    Dont tout le monde se fiche


    Et quarante ans plus tard

    Je ne sais toujours pourquoi

    Revit ce vieux cafard

    Qui me laisse encore coi …