• CHANSON ITALIENNE …





    Chanson italienne

    À foison expressive

    Délicieuse ou païenne

    Forcément émotive


    Evoquant l’enfance

    Parsemée d’amour

    Ou palliée de souffrances

    Selon où elle a vu jour


    Plus encore romantique

    A faire vibrer amants

    En leurs chairs érotiques

    Leurs sens désarmant


    Faisant tourner les têtes

    Dans toute la péninsule

    Quand viennent les nuits de fête

    Aux danses qui ondulent


    Sur son d’une voix cassée

    Assoiffée d’oliveraie

    Jusqu’à plus que nausée

    Pour que davantage elle défraie


    Sentiments exprimés

    Au public envoûté

    Ou autrement déprimé

    Par les mots veloutés…


  • LE SECRET …





    T’aimer secrètement

    Souffrance me tenaillant

    Enfouir mes sentiments

    En mon cœur défaillant


    Pour éviter douleur

    A tous les tiens et miens

    Et ternir les couleurs

    De ceux qui me croient saint


    Te taire les moindres mots

    Que je dirais si beaux

    N’ouvrir mon mémento

    De ton nom faire tombeau


    Ecarteler mon âme

    Ne dire mot à la femme

    Qui périrait du drame

    De me savoir bigame


    Ne fut-ce qu’en pensées

    Elle toute fidélité

    Subitement délaissée

    Perte de dignité


    Ô maudite conscience

    Façonnant le destin

    De moi l’homme de faïence

    Qui de toi ne fera festin…


  • NAGUERE LA GUERRE …





    L’ultime guerre s’est enfin éteinte

    Hommes de sang tous y périrent

    Là-bas dans l’immense enceinte

    Leur préservée pour toute vie détruire


    Ne survivent que les braves gens

    Astres de l’univers farandolent

    A sonné l’heure d’un paradis naissant

    Où sagesse se répand en un pur symbole


    Couleurs de peau sont de la même race

    Celle que l’on dénomme simplement terrien

    Dès ce jour chacun a sa place

    Et jamais plus ne manquera de rien


    En chaque veine se répand l’humain

    Qui la fera bien belle la vie

    De lendemains en lendemains

    Pour que nul être encore ne se soucie …


  • CELEBRATION …





    L’oreiller nous accueille

    Ô moelleux à souhait

    Nous entamons le seuil

    Sobrement l’on extrait


    Ce qui encore nous voile

    Le corps à fleur de peau

    Quand se hisse ma voile

    Je te devine ruisseau


    Pour rompre mes amarres

    Tes reins se mutent en vagues

    Déesse de tous les arts

    Tu fais que je divague


    Tréfonds de tes entrailles

    Où s’inonde mon bateau

    Tu ne romps ta muraille

    Pour que j’mouille en tes eaux


    Quand le chant de la mer

    Soudain nous fait vibrer

    S’envolent les chimères

    L’amour est célébré…